Mon Big Chop

J’ai coupé mes cheveux sur un coup de tête. Ce n’était pas du tout prévu. Je me souviens encore de la date parce que je l’ai fait la veille du mariage de mon cousin.

J’étais en train de me laver les cheveux, dans mon bain, aux alentours de onze heure du soir. Toute la maison était endormie.

Je lave toujours mes cheveux le soir pour une raison quelconque, même si j’ai toute la journée pour le faire. Je pense que ça me donne l’impression que j’ai tout mon temps. Cette soirée là, comme toute les autres, j’ai pris mon temps. J’admirais la définition que l’eau donnait à mes cheveux. Ils étaient tellement beaux! Tellement doux….

Cela faisait maintenant plus d’un an que j’avais pris la décision de transitionner. De me débarrasser de la permanente et retrouver mes cheveux crépus et pour être très honnête j’étais plus que tannée. Décider de transitionner au lieu de couper tous tes cheveux requiert tellement plus d’effort parce que tu deal avec deux textures complètement différentes dans ta tête : une texture permanentée (droite) et une texture naturelle (crépue).

J’ai toujours eu des cheveux longs donc j’imagine que couper mes cheveux d’un coup me faisait peur. J’ai préféré transitionner. Le problème c’est que plus mes cheveux crépus poussaient, plus j’avais envie d’en finir avec mes bouts permanentés.

Ça devenait de plus en plus compliqué de me coiffer. Mes cheveux ne ressemblaient à rien! Mes racines étaient crépues, gonflées, magnifiques mais ils étaient tirées vers le bas par mes bouts de cheveux permanentés. Mes cheveux étaient toujours coiffés en bun parce que c’était la seule coiffure que je pouvais faire et toujours avoir l’air présentable. J’étais prête à les couper mais ma mère insistait pour que je continue à y aller graduellement : « Tu as quasiment plus de permanente dans ta tête »
Faux. Il restait encore beaucoup de permanente et je sentais que mes cheveux permanentés étouffaient mes cheveux naturels et ralentissaient leur croissance. Et j’avais raison. Selon les nombreux vidéos YouTube que j’ai regardées sur le processus de transition, on mentionne que, lors de la transition, les cheveux permanentés devenaient trop lourd pour les cheveux naturels. Ce qui résultaient parfois au bris des cheveux, parce que les cheveux crépus sont extrêmement fragiles.

Je voulais les couper.

Je me suis donc mise à regarder plusieurs vidéos YouTube sur le big chop. Voir les réactions des filles quand elles sautaient le pas et observer quelle longueur leurs cheveux avaient atteint.

Le jour où j’ai fini par le faire, ce fut sur un coup de tête. Comme mentionné ci-haut, j’avais seulement prévu de me laver les cheveux. J’admirais la définition que l’eau donnait à mes boucles. Ils étaient tellement beaux! Tellement doux…pour ensuite tomber flat au bout parce que la permanente était toujours là. À ce rythme je serais encore en train de transitionner dans cinq ans. Impulsivement, je me suis emparée d’une pair de ciseaux, sans avoir aucune intention de tout couper ce soir. Je me suis dit « juste un peu », puis j’ai coupé ma première mèche. Voir le bout frisé se détacher du bout mort et droit m’a donnée beaucoup de satisfaction! Ouf! Beaucoup mieux! Donc naturellement j’ai coupé une autre mèche. Puis une autre, et encore une autre…jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à couper.
J’ai ramassé les cheveux et les ai jetés. Puis je me suis regardée dans le miroir.
« Je ne ressemble à rien ». Cette pensée a traversée mon esprit accompagné d’un sentiment de soulagement. Pas de larme, pas de sentiment de choque, juste du soulagement. J’ai pris un peigne et j’ai commencé à le passer dans mes cheveux maintenant courts et crépus.

Après avoir démêlé mes cheveux, j’avais maintenant un full blown mini fro sur la tête. Je pouvais travailler avec ça. Je me suis fait deux mini buns sur le côté et ai laisser l’arrière de mes cheveux en mini fro. J’ai pris un mouchoir pour protéger mes edges et suis allé dormir.

Mon histoire s’arrête là. Je pourrais parler du lendemain matin et de la mini crise que mes parents ont fait quand ils ont vu ma tête. Le questionnement de mes amies quand je leur ai envoyés des photos. Le petit moment de panique lorsque ma mère m’a fait réaliser que je devais marcher dans un mariage le lendemain…on allait faire quoi de mes cheveux? Je pourrais parler de tout ça mais je ne le ferai pas. Ce qui est important de savoir c’est que le sentiment de paix ne m’a jamais quitté malgré tout. Peu importe ce que les gens pensaient, j’étais satisfaite de mon choix.

Couper mes cheveux n’était pas ce que j’avais prévu, mais je sais que, si je l’ai fait, c’est parce que j’étais prête.

Toutes les critiques me passaient dix pieds au-dessus de la tête parce qu’à la fin de la journée je me sentais bien. Je me sentais un peu plus légère, un peu plus libre. Un peu plus moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s